Août 07

Portrait: Bakary Diakité, une valeur sure pour la réduction de la fracture numérique

Son calme olympien ne laisse en aucune façon présager que l’homme est un As de l’outil informatique, de l’électronique, de l’électrotechnique et de l’automatique. Bakary Diakité, Administrateur Général de « Platform » a tout pour séduire, son cursus scolaire et universitaire plus que brillant, son sens des affaires et sa générosité exemplaires ont certainement pesé sur la balance pour que le choix soit porté sur lui dans la dynamique du parrainage de la cinquième journée de l’excellence de l’inspection de l’éducation de Bakel.

PORTRAIT

Diakité2

Cela n’arrive point trop souvent. Qu’un gamin en âge d’aller à l’école prenne sur lui la décision de se faire inscrire à l’école, malgré le niet catégorique de son père. Eh bien c’est ce qu’a fait Bakary Diakité. Il lui a suffi de suivre son aîné, en franchissant tout bonnement la clôture qui séparait leur domicile avec l’école élémentaire où il a fait ses premiers pas. Ce natif de Diawara a vite gravi les échelons, sans perdre trop de temps. Après le cycle élémentaire, Bakary fréquentera le lycée André Peytavin de Saint Louis avant de se retrouver à Maurice Delafosse d’où il décrochera un Baccalauréat F2. Ce fut ensuite l’Institut Universitaire de technologie de Dakar qui l’accueillera, et en 1981, il met dans sa gibecière un diplôme Universitaire de technologie, option Électronique, Électrotechnique, Automatique et Informatique industrielle.

Le parrain de la cinquième édition de la journée de l’excellence débordant d’ambition, s’envolera pour l’empire du soleil levant. A Institute of Vocational Training/Chiba du Japon, il s’en sort avec un diplôme d’ingénieur pour les mêmes options. Fasciné par l’étendue de son imagination créatrice, l’un de ses professeurs a tenté de le retenir au Japon, ce qu’il refusa naturellement pour dire qu’il va mettre ses compétences au service de son pays.

Bakary Diakité occupera le poste de Directeur Technique de Célia, l’ancêtre des eaux minérales « Montrolland ». Au prestigieux Centre de Formation Professionnelle et Technique de la coopération Sénégalo- Nipponne, il enseignera comme vacataire. Ce sera Rti qui lui ouvrira ses portes durant une dizaine d’années comme ingénieur maintenancier des systèmes HP. Bakary qui ne manque pas de cordes à son arc, enrichira davantage son expérience professionnelle en officiant comme administrateur délégué et directeur technique à Syscom, et depuis Janvier 2001, il créa sa propre société « Platform Technologies » qui, aujourd’hui bénéficie de plusieurs certifications, en Roumanie, en Suisse, en France, aux Usa, en Belgique, au Maroc par exemple.

Bakary Diakité mettra ses compétences au service de la coopération entre le Sénégal et le Japon en dirigeant le bureau de liaison Kitane et en participant activement à la rédaction de quelques requêtes de financement de l’aide bilatérale. Il dira nourrir des ambitions pour son pays en contribuant notamment à la réduction de la fracture numérique, et en s’investissant pour le développement de l’éducation dans son Diawara natal tout comme dans le département de Bakel. C’est ce cadre de très haut niveau qui a été choisi comme parrain de la cinquième édition de la journée de l’excellence tenue à Diawara, un modèle que les potaches devront suivre.

Jan 22

8eme édition du Festival Ondes d’Intégration de Jiida-fm de Bakel

Toute la sous-région (Mali- Mauritanie- Gambie- Sénégal) et même la diaspora, tous se préparaient depuis des mois à vivre pleinement la 8eme édition du Festival Ondes d’Intégration de la radio communautaire de Bakel.
Du 15 au 17 Janvier 2016, dans la capitale du Gadiaga, du quartier nord HLM au quartier sud Guidimpallé, de l’Est avec Ndiayega jusqu’à Fandalé à l’Ouest,Bakel vivait culturellement en ouvrant ses portes à ses hôtes.
Déjà le mercredi 13 et le jeudi14, les festivaliers arrivaient en groupes.

A partir de 9 heures, ce vendredi 15 janvier, la foire basée dans l’enceinte de la radio, recevait ses premiers clients dans ses différents stands tenus par des Sénégalais, des Maliens, des Mauritaniens, des Gambiens…
Le site était vraiment animé !

Photo 782
Dans l’après-midi, le professeur Yaya SY, venu spécialement de la Martinique, auteur de plusieurs ouvrages dont : « le roi et le marabout », « Mamadou Lamine Daramé entre jihad et résistance coloniale », en présence d’une foule curieuse, a partagé le thème du festival : « Fleuve Sénégal, cordon ombilical ou ligne de démarcation ? » avec tout ce beau monde devant la radio.
Bien apprécié par les hommes et les femmes présents, le thème a suscité beaucoup de questions liées au rôle du fleuve, des indépendances à nos jours, la nécessité des barrages, l’agriculture, les génies du fleuve, le nom de Bakel …auxquelles le conférencier a répondu.
Le matériel du FESMAN (produit haut de gamme) a donné une autre dimension au festival de cette année : la place de l’indépendance a changé de visage. Même les tribunes et les chaises nous sont venues de Dakar.

Photo 791Photo 790
Surplombée par deux géants de l’histoire locale, la mythique place de l’indépendance riait sous le regard endormi du Fort Faidherbe et du pavillon René Caillé.
On ne la reconnaissait pas ce soir notre place, d’ordinaire miteuse, sous les jeux de lumières, le son des tams-tams, la foule magnifiquement habillée et le spectacle de rêve qui s’y déroulait.
Des troupes, l’une après l’autre, sur la scène, ont démontré leur savoir-faire sous les applaudissements des spectateurs assis dans la discipline.
Le ballet la Linguère du Théâtre National Daniel Sorano a émerveillé le public bakelois acquis à sa cause par la diversité de sa culture, son professionnalisme, ses cinquante ans d’expérience, ses artistes incomparables dirigés par madame Ndèye Banna Mbaye FAYE.

Photo 786Photo 785

Samedi 16 janvier 2016
Des hôtes illustres étaient attendus à l’aérodrome Bakel-Moribougou : le ministre de la Justice Garde des Sceaux monsieur Sidiki KABA, monsieur Mbagnick NDIAYE Ministre de la Culture et de la Communication, madame Fatou TAMBEDOU Ministre Déléguée chargée de la restructuration et de la requalification des banlieues et monsieur Alahindé DJIGO homme d’affaires, fils du terroir.
Accueillis par madame Aminata TOURE (Mimi) Envoyée Spéciale du président de la république, du coordonnateur de l’Association Kafo et président de la Convention des Cadres de Bakel monsieur Bakary DIAKHITE arrivés la veille et du directeur de la radio Jiida-fm monsieur Abdoulaye BOMOU, les hôtes ont visité la foire.
Il faut noter que parmi eux il y avait aussi madame SIDIBE Aminata FALL présidente de la Fondation SONATEL, messieurs Papa Mady BATHILY, Zackaria TRAORE et Makhan SYLLA de la Convention des Cadres.

En route pour Diawara, la délégation a fait un arrêt au district sanitaire de Bakel pour la réception des travaux réalisés par la Convention des Cadres.
Tuabou des grands jours a accueilli à son tour monsieur Bakary DIAKHITE et ses hôtes.
Beaucoup d’allocutions ont été prononcées à Diawara afin de remercier la Fondation Sonatel pour le don de matériel médical :

  • Le maire monsieur Killé SAKHO
  • Monsieur Alahindé DJIGO
  • Monsieur Bakary DIAKHITE
  • Madame Sidibé Aminata FALL
  • Madame Aminata TOURE (Mimi)
  • Maitre Sidiki KABA
  • Madame Fatou TAMBEDOU
  • Monsieur Mbagnick NDIAYE.

Photo 788

Seul le village de Moudéry a pu présenter sont programme culturel. Les Ministres de la Justice et de la Culture devaient reprendre l’avion pour le retour sur Dakar vers 17 heures.

A partir de 21 heures, plus de dix groupes ont présenté leur culture dont la troupe Lébou, Soninkara Kafo, Gandé… avant de laisser la place à un artiste qu’on ne présente plus dans la sous-région : Demba Bilali TANDIA.

La diversité des sites offre aux festivaliers une occasion de mieux connaître Bakel.
Ce dimanche matin, la place Bocar CISSOKHO a vibré sous les prières du marabout Mamadou Khoumba TANDJIGORA de Kounghany puis les chants et danses des « Talibos », ces étudiants de l’Université Coranique de Bakel avant la prestation majestueuse des « Garankos » les cordonniers, dévalent la colline sud de la place en traçant avec leur corps les lettres F.O.I sous les applaudissements du nombreux public ayant fait le déplacement.
Jusqu’aux environs de 14 heures, c’était prestation sur prestation des villages sur la place ceinturée par des collines magnifiques.

Photo 789

Le fleuve Sénégal, l’eau, c’est l’élément des Bozos, des Somonos, des Thioubalos. Ces hommes de l’eau ont invité les festivaliers sur les rives du fleuve qui a donné son nom au pays de Léopold Sédar SENGHOR.
Une grande pirogue avec à son bord la sœur et la fille de la diva malienne Mamou Thierro voguait en distillant de la bonne musique.
L’on a assisté ensuite à la montée des couleurs de quatre pays (Mali, Mauritanie, Gambie et Sénégal) par huit militaires debout dans une barque au milieu du fleuve.

Photo 792Photo 793

Une cinquantaine de rameurs en tee-shirts blancs ont par la suite rivalisé d’ardeur montrant leur force et leur technique pour être vainqueurs.
Le clou du programme a été l’arrivée de six pirogues avec des « Diani wara » sortes d’épouvantails représentant des esprits, des génies : un gros poisson (capitaine), Bakoumba l’épouse de l’oncle Bafaro le génie de l’eau, Konon l’oiseau et ses oisillons et enfin le Diani wara composé d’un homme et d’une femme.

Pour la dernière soirée du festival, la place de l’indépendance avait encore refusé du monde. Le jeu en valait la chandelle. Le programme était alléchant. Galladé, les communicateurs traditionnels, Soninkara Kafo, Nijab de la Mauritanie, les rappeurs Gambiens, les Lébous, les Sérères, le ballet la Linguère pour une deuxième sortie, l’orchestre du Nord Mali et l’ensemble de Daby BALDE ont tenu en haleine un public émerveillé par les prestations de ces groupes.

Le professeur Abdoulaye BATHILY, le coordonnateur Bakary DIAKHITE, le président Makha SAKHO et le directeur de la radio Jiida-fm Abdoulaye BOMOU initiateur du Festival Ondes d’Intégration peuvent se vanter d’avoir gagné le pari de la mobilisation en plus de la valeur culturelle des prestations. La culture de la sous-région a été présentée et disséquée sous toutes ses coutures.
La présence de plusieurs ministres de la république et d’un premier ministre a relevé le niveau de cette 8eme édition du F.O.I qui sera gravé à jamais dans la mémoire des Bakelois et des festivaliers venus d’ailleurs.

Rédaction de Idrissa DIARRA

Le 22/01/2016

Jan 11

CONSULTATIONS MÉDICALES GRATUITES A BAKEL

2016-01-786C’est une première dans et pour la capitale du Gadiaga !
De mémoire de Bakélois, jamais des consultations gratuites ne se sont déroulées sur leurs terres !
Une première réussie grâce à des hommes engagés pour le développement de leur terroir comme le professeur Abdoulaye BATHILY initiateur de la radio communautaire Jiida fm, du coordinateur de l’association Kafo monsieur Bakary Saly DIAKHITE, du président monsieur Makhan SAKHO et du directeur de la radio de l’intégration monsieur Abdoulaye BOMOU.
En ce matin de Samedi 09 Janvier 2016, le district sanitaire de Bakel est plein à craquer, surtout de femmes. Tout ce monde est venu des quatre coins du département.
Sur place, la délégation de quinze membres arrivée de Dakar le vendredi vers 18 heures et composée de six médecins et de deux sages-femmes s’est installée dans le centre de santé.

Tout un système organisationnel a tété mis en place : des réceptionnistes qui distribuent les tickets, aux agents chargés d’orienter les patients en passant par les animateurs qui expliquent les images des différents cancers du sein, du col de l’utérus, des poumons… pendant que les médecins reçoivent dans les salles.

 

2016-01-782

2016-01-785Le président du conseil départemental monsieur Ibrahima DIALLO, en compagnie du médecin- chef du district monsieur Yaya BALDE et du directeur de la radio Jiida-fm monsieur Abdoulaye BOMOU, a tenu à se déplacer lui-même pour féliciter ces volontaires de la santé, encourager quelques patients et remonter le moral des autres.
Bien qu’il y ait moins de personnes par rapport au premier jour, le centre de santé est encore plein.
Quatre cent soixante douze (472) personnes ont été consultées le samedi. Pour ce dimanche matin avant midi, la liste générale des consultations a dépassé de loin les six cents (600) à atteindre.

2016-01-7872016-01-784

 

 

 

 

 

 

 

 

Selon monsieur Luc Asogba Secrétaire Général de l’association House of Peace & Sharing (HPS), ces consultations médicales ont permis aux populations locales d’économiser plus de 24 millions CFA qui auraient dû être dépensés en transport pour se rendre à Dakar et retourner, en frais de séjour, en coût de médicaments…
« – cette expérience sera renouvelée ajoutera monsieur Asogba. »
D’une manière générale, les populations ont bien accueilli ces consultations médicales gratuites, même si elles n’ont concerné que peu de personnes en l’espace d’un weekend.
Un grand bravo à la radio de l’intégration Jiida-fm .

2016-01-783

Rédaction de Idrissa DIARRA

Le 10/01/2016

Jan 06

Le centre WAGADU de Bakel en fêtes

DSCF1942Décembre rime un peu avec cendres !
Ce mois particulier, fin d’une année, gaie ou triste, va noyer les soucis des uns mais aussi les bons souvenirs des autres !
Ce 31 Décembre, la capitale du Gadiaga a déjà commencé à humer l’air de la nouvelle venue 2016 avec l’inauguration du centre WAGADU.

 

 

 

 

DSCF1919DSCF1921
Au cours de la soirée rehaussée par la présence des autorités administratives, politiques et militaires dont le président du conseil départemental monsieur Ibrahima DIALLO dit Demba KA, les maires des communes de Kidira monsieur Demba THIAM Niox, de Bélé monsieur Mody DIENG, du commandant de la place d’armes le Capitaine TOURE, du commandant de la brigade de gendarmerie l’adjudant-major Samba DIAKHITE et du sponsor de l’événement le manager général de l’imprimerie Mapaté SY.

 

DSCF1737DSCF1946
Il y’avait aussi d’illustres hôtes comme :
monsieur Samba Dao CAMARA cadre de la Banque Africaine de Développement (BAD) venu spécialement de Côte d’Ivoire,
monsieur Ismaila CAMARA d’Afrikximbank et son épouse madame Soukeyna Camara DIABIRA venus du Caire en Egypte,
monsieur Bécaye WANE Ingénieur, de Dakar,
monsieur Kaw Moussa DIABIRA, de Diaguily
Cette fin d’année, prétexte d’inauguration a vu défiler tour à tour :
Monsieur Abdoulaye BOMOU directeur de la radio communautaire JIIDA FM, Coordinateur du comité d’organisation,
Monsieur Ladji Boubou DIABIRA directeur du centre WAGADU,
Monsieur Demba THIAM Niox
Monsieur Mapaté SY, pour s’adresser aux invités.
La fête a été belle ! Belle comme les tenues magnifiques des invités ! Belle par la hauteur des discours ! Belle car les plats servis ont été bien appréciés !

DSCF1913

2016, à peine sortie de l’œuf commence à sourire et à faire rire.
Le centre WAGADU, en ce samedi, a offert un plateau de rêve aux privilégiés du deuxième jour de la nouvelle année. En effet, un rossignol, une voix tombée des cieux, avec un timbre vocal incomparable, un authentique Soninké, l’espoir de la musique du WAGADU, Demba Bilali TANDIA était en concert ! Quel régal !
Ses musiciens se sont surpassés, offrant le meilleur d’eux-mêmes avec Kalidou FALL chef d’orchestre à la guitare solo.
Des jeunes filles dont le parrain est Ladji Boubou DIABIRA, en tenues traditionnelles, ont égayé elles aussi le public.
Jusque tard dans la nuit, les mélomanes ont écouté et applaudi leur idole Demba Bilali TANDIA.

Rédaction de IDRISSA DIARRA

Le 3/01/2016

Jan 05

Le premier bébé 2016 de la commune de Moudéry

C’est devenu une habitude dans beaucoup de parties de notre pays : fêter le premier bébé de l’année !

Copie de Photo 784Nouvelle commune, Moudéry n’a pas voulu être en reste. Ce Dimanche 03 Janvier 2016, le maire de cette commune (19 villages) monsieur Fousseynou Souky NDIAYE, en compagnie de son premier adjoint monsieur Diakoye TOUNKARA, de plusieurs conseillers dont messieurs Mouhamadou TRAORE, Abdou DIALLO George, madame Mariame KONATE, du Sous-préfet monsieur Mansour DIALLO et de madame Tabaski SARR CADL se sont rendus à Manael où est né le premier bébé de l’année, une fille.

 

 

 

Copie de Photo 786Copie de Photo 785

 

 

 

 

 

 

 

 

Née vers 4 heures ce vendredi 1ere Janvier 2016, cette fillette qui s’appelle depuis cette visite Coumba Bonko SAKHO Diawara (mère du maire de Moudéry) se porte bien.

Son père Hadama DIAWARA et sa mère Worakhya KONATE ont accueilli le maire et sa délégation dans la joie ce Dimanche 03 Janvier vers 10 heures 30mn à Manael.

En présence des membres de la famille Diawara, du représentant du chef de village monsieur Manael Khoumba DIALLO, des cadeaux ont été offerts à la petite Coumba. Une enveloppe de 100.000f a été remise aussi aux parents comme participation du maire et du représentant de l’administration.

Copie de Photo 787Copie de Photo 783Copie de Photo 782

Rédaction de Idrissa DIARRA

Le 04/01/2016

Jan 02

BONNE ANNEE 2016 le petit famille Journées Éducatives et Culturelles du Parlement de Bakel JEC

Les JEC du parlement des enfants de Bakel ont vécu.

Photo2016 783

Bonne et belle manière de dire adieu à 2015 et souhaiter que cette nouvelle année 2016 qui vient à peine de naître soit meilleure que toutes ses précédentes.
Les jeunes parlementaires Bakelois, appuyés par le GRDR et son partenaire financier Action – Aid International Sénégal ont mis les bouchées doubles du 29 au 31 Décembre 2015 avec un programme vraiment alléchant qui a commencé avec une randonnée pédestre dès 09 heures ce mardi matin.
Le thème accrocheur choisi : « une jeunesse consciente pour le développement durable et le respect des droits de l’enfant » a été scandé durant tout le parcours.
Dans l’après- midi, les jeunes parlementaires Bakelois en compagnie de leurs homologues au nombre de dix (10) venus de Kédougou (03), Balla (04) et Bélé (03) ont suivi une projection de film sur les changements climatiques à la salle des fêtes.
Un feu de camp animé par les éclaireurs, les secouristes et les moniteurs de collectivités éducatives a mis fin à cette journée bien remplie.

Photo 2016784

Le mercredi 30, une visite guidée des sites historiques de la ville, sous la conduite d’un professeur d’histoire monsieur Abdoulaye DIALLO a pu permettre aux parlementaires de voir le Fort Faidherbe, le Pavillon Réné Caillé, le Cimetière Chrétien et les Tours.
« Violences faites aux femmes et aux filles en milieu public. Quelles solutions ? »
Ce le thème partagé par les jeunes de 17 heures à 19 heures à la salle des fêtes.

Photo 2016786
A partir de 21 heures 30mn, c’était autour du CETF d’accueillir plus de cent (100) personnes pour un diner- débats, une sorte d’échange entre les différents parlements.
Pour le dernier jour des JEC, ce 31 décembre, après le concours de dictée du matin au CETF, tous les parlementaires se sont retrouvés à la place Waoundé Ndiaye pour cette fois-ci, au rythme des « djimbés », des « dioubourés » et des « doungdoungs » esquisser ensemble des pas de danse dans la joie.
Les artistes comme Samba Soumbounou et sa troupe sans compter les Gawlos de Bakel, ont aussi animé cet après-midi.

Photo2016 785

Fin d’année oblige ! Les parlementaires se sont organisés pour que leurs hôtes passent ce 31 Décembre particulier loin de chez eux avec leurs nouveaux amis, leurs homologues en oubliant tous les soucis de 2015.

Photo 2016782

Bonnes fêtes
Rédaction de Idrissa Diarra

Le 01/01/2016

Déc 25

La Police Arabe fête ses 30 ans

Au moment où l’on parle de la formation d’une alliance militaire islamique antiterroriste composée de 34 états du proche, du moyen –orient et de l’Afrique, une organisation vieille déjà de plusieurs décennies fête son trentième anniversaire : la Police Arabe.

Dscf1758[2]
Créée un 12 Décembre 1985, cette police ne comprend que des pays arabes qui ont voulu, depuis cette époque, fédérer leurs idées et agir ensemble pour se protéger contre le terrorisme qui prend de l’ampleur dans le monde.
A l’instar des autres pays arabes signataires de cette convention, la Mauritanie, sur l’étendue de son territoire, a fêté la journée dédiée à la police du monde arabe.
L’arrondissement de Gouraye, face à la commune de Bakel, la capitale du Gadiaga , a respecté la tradition en conviant les populations et même les voisins sénégalais de l’autre côté du fleuve Sénégal.
Dés 9heures, ce vendredi 12 Décembre, après la levée des couleurs, le Commissaire de Police Aline Ould Khouna a rappelé l’historique de la fête.

Dscf1769[1]Dscf1774[1]
Auparavant, il a souhaité la bienvenue à ses invités mauritaniens et sénégalais ; il a insisté sur l’engagement de la Mauritanie à lutter contre le terrorisme.

Dscf1793[1]Dscf1776[1]
Le chef d’arrondissement de Gouraye monsieur Mohamed Ould Baba, les chefs de brigade de la gendarmerie, l’adjudant-chef Yahya Ould Mohamed T’Foul, de la garde nationale monsieur Fousseynou Dioumassi, de la douane, en plus des représentants de la police et de la gendarmerie sénégalaises(Bakel), tous étaient là pour assurer de leur présence cet anniversaire.

Dscf1761[1]

La fête a continué après la prière du vendredi avec le copieux repas servi par le Commissaire de Police Aline Ould Khouna à ses hôtes.


Rédaction de IDRISSA DIARRA

le 25/12/2015

Déc 17

LE CENTRE WAGADU

DSCF1159Quand on parle de village, l’image renvoie à un lieu boisé, des cases à toits pointus, des gens simples, des personnes accueillantes !
Bakel n’est plus un village mais dans Bakel un village est créé : le Centre WAGADU, situé au quartier HLM, derrière la CNCAS et la SONATEL, face à un centre de santé privé.
Du coup, la distance entre Dakar et la capitale de Gadiaga qui apeure et stresse tant les voyageurs a trouvé un ange gardien sur son chemin :

 

DSCF1735

 

Ladji Boubou DIABIRA.
Ce grand monsieur, international de par les faits est né à Bakel au Sénégal (études primaires) ; il a grandi en Mauritanie (collège à Sélibaby, lycée à Kaëdi) ; il a mûri en France (Études en sociologie à Lille puis Educateur Spécialisé en Protection Jeunesse Juridique) ; il a créé sa base en Espagne.
Véritable intégrateur, nostalgique de ses racines, Ladji Boubou, Directeur du Centre Wagadu est revenu sur la terre de ses ancêtres pour construire un réceptacle capable non seulement de loger et de restaurer des hôtes mais aussi d’abriter des séminaires, des expositions, des cérémonies de mariage, des rencontres culturelles, des distributions de prix…
Présentation du Centre Wagadu

houseDSCF1739

DSCF1153DSCF1745

Adresse :
contact@centrewagadu.com
wagadu.wordpress.com
33 980 35 35
  • 10 Cases :
  • 2 VIP climatisées : 25000F la nuitée avec petit déjeuner
  • 4 Climatisées : 20000F la nuitée avec petit déjeuner
  • 1 Ventilée avec double lit : 15000F la nuitée avec petit déjeuner
  • 3 Ventilées en lit ¨single¨ : 12500F la nuitée avec petit déjeuner

 

  • 4 Chambres
  • 3 ventilées de 2 lits séparés : 6000F le lit avec toilettes intérieures et petit déjeuner
  • 1 climatisée avec toilettes intérieures ; 17500F la nuitée avec petit déjeuner
  • 2 Chambres-dortoirs :
  • 10 lits par chambre : 2500F le lit avec toilettes extérieures, sans petit déjeuner.
    Au centre Wagadu, on trouve aussi :
  • 1 Cyber (centre informatique)
  • 1 Restaurant d’application avec 3 niveaux : VIP-moyen- toute couche
  • 1 Bâtiment administratif et un logement du personnel
Dates à retenir :
31.12.2015 : Inauguration du Centre Wagadu
02.01.2016 : Grand Concert avec Demba Bilali Tandia au Centre Wagadu.
Rédaction de IDRISSA DIARRA

Le 17/12/2015

Déc 11

Installation du délégué de quartier de Yaguiné

Les hommes passent mais les institutions restent !
Après le décès de Monsieur Ladji Bintou DIARRA, et sur demande de la mairie, le quartier Yaguiné a choisi Monsieur Mabo BADJI comme son nouveau délégué.

DSCF1712Mabo BADJI, le nouveau responsable de Yaguiné est né en 1938 à Bakel.
Travailleur et entrepreneur comme tout bon Soninké, à peine âgé de 19 ans, en 1957, il quitte ses parents pour se faire saisonnier, là-bas, dans le Kaffrine, à Boulèle.
De 1960 à 1962, le virus des aïeux le pénètre : il émigre en France.
Nostalgique, il retourne au bercail après deux années passées en Europe pour réaliser certains projets.
En 1965, il se jette dans le commerce jusqu’en 1979 date à laquelle il repartira en France jusqu’à sa préretraite en 1988.
De cette date à nos jours, Monsieur BADJI est à Bakel.
Pour son intégrité, son sérieux, son engagement pour le bien-être des populations de Bakel, de Yaguiné en particulier, cet homme représente un modèle, un exemple, une référence pour la jeune génération.
Lors de son installation, les différents témoignages de ses proches dont Monsieur Boubacar KABA secrétaire du quartier, Hamidou Coulibaly notable, son épouse Ndèye DIARRA, ses filles Niouma ASTA et Minti Badji ont été élogieux.

 

DSCF1709DSCF1703

 

 

 

 

 

 

 

 

Le premier adjoint au maire Monsieur Taïrou DIAKHITE en l’installant, a décliné en même temps le rôle d’un nouveau délégué. Il a surtout insisté sur les nouvelles charges du premier responsable du quartier à partir du 1er Janvier 2016 avec comme tâches entre autres :

  • La délivrance de l’attestation de résidence
  • L’inscription dans le registre des naissances
  • L’inscription dans celui des mariages

DSCF1706

Monsieur BADJI, très ému, a remercié les populations de son quartier. Il s’est engagé à mieux faire plus que dans le passé et à être leur serviteur.

 

 

 

 

 

 

Rédaction de IDRISSA DIARRA

Bakel le 11/12/2015

Déc 07

Accident mortel à Bakel

Les motos-taxis, familièrement appelées « Jakarta » ont encore une fois fait une victime ce dimanche 06 Décembre 2015 en la personne de Pape WADE.

Photo 783 Photo 784Pape WADE, commerçant de produits alimentaires au marché central était en pèlerinage à Touba lors du Magal. Arrivé vers 18 heures à la gare routière en provenance de la ville sainte, il a emprunté une « Jakarta » pour rejoindre son domicile.

Vers 19 heures, à une centaine de mètres de la station SHELL, face au grand magasin de stockage du Commissariat à la Sécurité Alimentaire , son conducteur, le jeune Mor FALL (Ndiaye Lémé) admis en Juillet dernier au Bac et lui se sont retrouvés sous un véhicule de la gendarmerie qui sortait de la ville.

Selon des témoins présents au moment de l’accident, le conducteur de la moto ayant un taxi garé devant lui, s’est rabattu sur sa gauche où arrivait le véhicule de la Gendarmerie.
Le pauvre Pape WADE est mort sur le coup. Il sera inhumé dans sa ville natale de Mbour.
Mor FALL, lui, est orienté par ambulance à 20 heures, à l’hôpital de Ourossogui souffrant de douleurs thoraciques.

Photo 782Aux dernières nouvelles, il est hors de danger.

Trop d’accidents par les motos-taxis invitent à réfléchir et à prendre des mesures par les autorités pour le bien des populations dont les conducteurs eux-mêmes, très souvent imprudents.
N’est-ce pas là une occasion pour assainir la profession ?
Quelques conditions :
Avoir 20 ans au moins
Détenir un permis de conduire
Porter obligatoirement un casque
Que les conducteurs soient contrôlés régulièrement par les agents de sécurité.

Photo 785sang 786

 

Rédaction de Idrissa DIARRA

Balel le 07/12/2015

Warrning2

Articles plus anciens «

« Articles plus récents